Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Hydroxychloroquine : des cas de troubles neuropsychiatriques

Des effets indésirables neuropsychiatriques de l’hydroxychloroquine ont été signalés par l’agence espagnole du médicament (AEMPS), et communiqués à l’ANSM.

L’hydroxychloroquine n’a pas fini de faire parler d’elle. L’information concernant les troubles du rythme cardiaque, l’allongement du QT notamment, a largement été relayée ces dernières semaines.

C’est maintenant sur les troubles neuropsychiatriques que la molécule fait couler de l’encre. Certains cas graves de troubles du comportement ont été signalés chez des patients traités pour la Covid-19. Il s’agit de symptômes aigus de psychose, des tentatives de suicide ou suicides, ainsi que de mutilations. Ces premiers cas ont été signalés en Espagne et sont apparus au cours des premiers jours de traitement. « Presque tous les patients ont reçu une dose initiale de 800 mg le premier jour, suivie d’une dose de 400 mg par jour » précise l’agence espagnole dans son communiqué.

Si la maladie Covid-19 peut être un facteur aggravant ces troubles psychiatriques en elle-même, de par son caractère très anxiogène, ces cas de signalement méritent une évaluation à échelle européenne. L’ANSM prend cette communication très au sérieux. En effet, elle a demandé aux promoteurs et investigateurs d’essais cliniques utilisant de l’hydroxychloroquine ou de la chloroquine « de prendre en compte et de surveiller ce risque. »

Dans un contexte de surveillance renforcée des traitements contre la Covid-19, l’ANSM signale aussi des atteintes hépatiques et rénales graves identifiées dans le cas d’une association hydroxychloroquine à lopinavir/ritonavir. 

Partager :

À lire sur le même sujet