La plus-value sur la vente de son officine et son imposition

L’entrepreneur traditionnel prend des risques : celui de réussir, de s’épanouir, de gagner légitimement et honorablement sa vie… Il se projette rarement à long terme sur l’hypothétique réalisation d’un capital. Mais l’approche est différente pour le pharmacien en raison de la réglementation et des caractéristiques particulières de sa profession. 

Par Olivier Delétoille, expert-comptable et commissaire aux comptes (cabinet AdéquA)
et Loïc Blanc, avocat spécialisé en droit fiscal (cabinet DBGL)

La lecture de cet article est réservée aux professionnels connectés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Revue Pharma.fr et bénéficiez de l'accès à de nombreuses catégories du site !

  • Accès aux articles des catégories : Etudiants, Le jour où, Cabinet de curiosité, Conseil associé, Doc+, Mémo conseil, Molécule, Revue de presse, Pharmacovigilance
  • Les newsletters mensuelles