Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Revue de presse : septembre 2020

  • Comment la chirurgie bariatrique restaure-t-elle la sécrétion d’insuline ?
  • Le moustique tigre inquiète
  • Alzheimer retrouve la mémoire
  • Leurrer le Sars-Cov-2
Partager :

Télécharger le PDF de l'article

Comment la chirurgie bariatrique restaure-t-elle la sécrétion d’insuline ?

Dans les années 1990, chercheurs et cliniciens avaient constaté que l’opération de bypass gastrique restaurait l’équilibre glycémique chez les patients en obésité sévère. Et ce, en quelques jours, avant même la première perte de poids. Cette restauration de la sécrétion d’insuline n’était pas observée en cas de pose d’un anneau gastrique.

Jusqu’alors, les mécanismes mis en œuvre suite à une chirurgie bariatrique pour restaurer l’équilibre glycémique n’avaient pas été élucidés. Une équipe de l’Inserm et de Sorbonne Université a analysé des modèles murins diabétiques, juste après leur bypass gastrique. Ils ont alors constaté une hausse, en quelques jours, de la quantité d’insuline secrétée par les îlots pancréatiques.

En mesurant l’expression génétique des quelque 193 gènes régulant la sécrétion d’insuline, les chercheurs ont observé que, à la suite de l’opération, cette expression s’était normalisée. Un changement qui a pu se faire grâce à l’action de microARNs non codants (miRs), déjà connus pour réguler l’expression génétique. Quatre miRs fondamentaux ont par la suite été découverts chez l’Homme, impliqués dans la réparation des cellules ß.

Lors d’une chirurgie bariatrique, des signaux envoyés par l’intestin, qui restent à caractériser, viendraient donc réguler les miRi et restaurer une sécrétion normale d’insuline. « L’enjeu clinique futur est ainsi de pouvoir mimer les effets bénéfiques de la chirurgie bariatrique sur la sécrétion d’insuline par l’administration de composés issus de l’intestin », espère l’Inserm.

publié le 30 juillet dans EBioMedicine

doi.org/10.1016/j.ebiom.2020.102895


Le moustique tigre inquiète

Il sera dans les prochaines décennies « un risque sanitaire majeur » en France, alerte un rapport de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, présenté début août. La femelle d’Aedes albopictus est préoccupante, car elle peut transmettre une trentaine de virus, dont Zika, la dengue, la fièvre jaune ou encore le chikungunya. Le moustique tigre se répand désormais dans toute la France, suivant les grands axes routiers. Le rapport propose ainsi de mettre en place des plans régionaux de prévention contre le développement des gîtes larvaires. L’Europe n’est plus épargnée par le risque d’une épidémie de dengue.

Rapport de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale

Publié le 29 juillet 2020


Alzheimer retrouve la mémoire

L’amnésie ne serait pas un symptôme systématique de la maladie d’Alzheimer, affirment des chercheurs lillois. En analysant le cerveau de 91 patients décédés, souffrant de diverses maladies neurodégénératives dont Alzheimer ou la maladie à corps de Lewy, et en rapprochant leurs constats des évaluations cognitives des patients en début de maladie, ils se sont rendu compte qu’un tiers des patients Alzheimer n’avait pas de troubles de la mémoire. Parallèlement, la moitié des amnésiques n’avait pas Alzheimer. Les chercheurs incitent donc à revoir les méthodes d’évaluation de ces patients et à considérer davantage les autres troubles neurodégénératifs.

Publié en novembre 2020 dans Neurobiology of Aging

doi.org/10.1016/j.neurobiolaging.2020.07.011


Leurrer le Sars-Cov-2

Une équipe de Sorbonne Université a développé un leurre moléculaire, capable de bloquer de façon irréversible l’entrée du Sars-Cov-2 dans les cellules pulmonaires. Lors de l’infection, la protéine virale SPIKE se lie au récepteur humain ACE2, ouvrant au niveau pulmonaire une porte d’entrée au virus. Les chercheurs ont ainsi mis au point deux leurres mimant la structure de ACE2 et permettant de stopper l’infection. Si ces résultats en prépublication restent à confirmer, l’idée serait à terme de mettre au point un spray oral ou nasal, voire une pastille sublinguale.

Prépublication du 24 août dans BioRxiv

doi.org/10.1101/2020.08.24.264077

Par Léa Galanopoulo

À lire sur le même sujet