Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Ségur : les 50 propositions de l’Ordre pour l’officine

Biosimilaires, vaccination, prescriptions électroniques… L’Ordre des pharmaciens apporte sa pierre à l’édifice, en publiant 50 propositions pour défendre les couleurs de la pharmacie au Ségur de la Santé.

Pharmaciens et biologistes médicaux ont été plus que mobilisés dans la lutte contre le Covid-19. Fort de cette expérience, l’Ordre des pharmaciens a construit 50 propositions pour rendre pérenne ce rôle majeur.

“Le Ségur de la Santé est une opportunité de poursuivre l’amélioration du système de santé, afin de garantir des soins de qualité en toute sécurité, en intensifiant notamment les coopérations interprofessionnelles. Je me réjouis de porter ces 50 propositions dans le cadre du Ségur de la Santé”, déclare Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l’Ordre.

50 propositions qui se veulent concrètes et articulées en 6 axes majeurs. Voici ce que nous avons retenu.

Axe 1 : accélérer la mise en œuvre des dispositions de la loi Ma Santé 2022
L’Ordre propose notamment d’accélérer la mise en œuvre de la prescription électronique, du télésoin, du pharmacien correspondant et de publier, entre autres, les textes réglementaires autorisant la dispensation protocolisée.

Axe 2 : capitaliser sur l’expérience de la crise sanitaire
Entre autres propositions de l’Ordre : autoriser les missions de pharmacien correspondant ou la dispensation sous protocole, en dehors d’un exercice coordonné comme c’est actuellement le cas, ou encore maintenir l’autorisation de préparation des gels hydroalcoolique en officine.

Axe 3 : accélérer la transformation du numérique en santé
L’Ordre propose notamment de raccorder le DP au DMP et à l’espace numérique de santé, d’automatiser la création du DP, comme pour le DMP, ou encore de promouvoir la messagerie sécurisée.

Axe 4 : sécuriser et simplifier la prise en charge du parcours de soins
Ici, l’Ordre avance 19 propositions de santé publique, notamment :
étendre la population cible actuelle de la vaccination en officine à tous les adultes en bonne santé
– autoriser la prescription de vaccins antigrippaux directement par le pharmacien
– étendre la vaccination en officine à d’autres types de vaccin
– organiser une diffusion automatique d’information et de formation des pharmaciens officine lors de la sortie d’un médicament de réserve hospitalière
– Définir et identifier un interlocuteur unique aux établissements de santé pour faciliter les contacts avec les pharmaciens d’officine
– autoriser la substitution des biosimilaires par le pharmacien d’officine

Axe 5 : optimiser la prise en charge de la dépendance
Pour ce faire, l’Ordre préconise de publier (enfin) l’arrêté encadrant les bonnes pratiques pour la PDA, de développer des équipes mobiles gériatriques ou géronto-psychiatriques réunissant pharmaciens hospitaliers et officinaux ou de généraliser les BPM et les conciliations médicamenteuses aux EPHAD.

Partager :

À lire sur le même sujet