Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Grand Ouest

Cohésio réalise, chaque année depuis plus de 30 ans, la statistique des pharmacies d’officine du Grand Ouest (Bretagne et Mayenne réunies). Elle permet aux pharmaciens de se positionner sur un marché en constante évolution.

Partager :

Télécharger le PDF de l'article

Acquisition et financement

Les prix des pharmacies sont stables depuis 5 ans, environ sept fois l’EBE. Cette année, le prix d’achat moyen est supérieur à celui de 2018, mais l’augmentation est moins importante que l’année passée. Cependant, 60 % des cessions concernent des pharmacies de plus de 1 500 K€ de CA HT et 30 % d’entre elles ont un CA HT de plus de 2 millions.
L’apport nécessaire, pour réaliser ces transactions, s’est élevé en moyenne à 15 %.

Le montant de l’apport personnel (en %) est en forte diminution (-6 points) dans notre région. Il est conforme à la moyenne nationale (15 % également, en baisse de quatre points par rapport à l’année passée).

Le montant de l’apport moyen s’est élevé à 275 000 €. Nous avons une proportion de primoaccédants plus importante, et c’est une bonne chose ! Nous leur proposons des solutions nouvelles : investisseurs pharmaciens, banquiers, répartiteurs et caisse de retraite.

Chiffre d’affaires

Cette évolution de l’activité (+3,27 %) de nos pharmacies bretonnes est cohérente par rapport à l’évolution du prix des médicaments en France en 2019 (+3,96 %). Cette légère croissance de l’activité en 2019 est confirmée (depuis 3 ans) après 4 années consécutives de baisse.
Les honoraires de dispensation représentent une part significative de l’activité officinale (8,71 %). Ils ont augmenté de 8,18 % entre 2018 et 2019, depuis la nouvelle convention mise en place le 1er janvier 2019. Les ventes de 5,5 % ont été dopées en 2019 par l’essor du marché des compléments alimentaires. Le marché de l’OTC enregistre cette année encore un recul important, dû à l’attirance des consommateurs pour les médecines naturelles.

Marge et EBE

La marge brute globale en valeur a légèrement augmenté, le pourcentage de marge sur les ventes et prestations accuse une petite baisse : 31,30 % (31,78 % en 2018). Cette année, toutes les officines, quelle que soit leur taille, ont vu leur marge augmenter. Auparavant, seules les pharmacies de plus de 2 500 k€ de CA HT enregistraient une légère progression.
L’EBE a faiblement diminué : l’augmentation de la marge brute globale n’a pas été suffisante pour compenser la hausse des charges externes (+2,56 %) et surtout celle des frais de personnel (3,42 %). Toutes les catégories de pharmacie (ou presque, à l’exclusion des pharmacies dont le CA HT > 4 millions d’euros) voient leur EBE diminuer de près de 8 %. Cette érosion de rentabilité est inquiétante. •

Par Carole Glez Expert-comptable

À lire sur le même sujet