Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Revue de presse : avril 2020

  • L’hydroxychloroquine et le SARS-CoV-2 en Chine
  • De la quarantaine au stress post‑traumatique…
  • Les molécules du SARS-CoV-2 passées au crible
  • Épidémiologie d’une maison de retraite médicalisée face au SARS-CoV-2
Partager :

Télécharger le PDF de l'article

L’hydroxychloroquine et le SARS-CoV-2 en Chine

Une étude chinoise publie des résultats en faveur d’une efficacité thérapeutique de l’hydroxychloroquine face au SARS-CoV-2.

Les médecins de l’hôpital de Guangzhou décrivent les résultats d’une étude randomisée portant sur 62 patients. Un premier groupe de 31 patients sous hydroxychloroquine reçoit 400 mg par jour, pendant 5 jours. Un second groupe de 31 autres bénéficie de la prise en charge classique, à base d’antalgique.

La durée des symptômes constitue le premier critère de jugement. Or la rémission de la toux est significativement plus courte chez les patients sous traitement. De plus, la récupération d’une température corporelle moyenne et stabilisée sur 72 heures est plus rapide dans le groupe sous hydroxychloroquine. Pour explorer davantage l’effet de la molécule sur la pneumonie, les chercheurs ont comparé et analysé le scanner thoracique de patients au jour 0 et au jour 6. Résultats : 80,6 % des patients sous hydroxychloroquine ont vu leur pneumonie réduire, contre 54,8 % des patients du groupe contrôle.

L’étude note que quatre patients du groupe témoin ont évolué vers une « maladie grave ». Deux patients ont présenté des effets indésirables bénins dans le groupe de traitement par hydroxychloroquine : maux de tête et éruption cutanée.

Publié le 31 mars 2020 dans la revue Preprint medRxiv

DOI : 10.1101/2020.03.22.20040758


De la quarantaine au stress post‑traumatique…

Une équipe du département de médecine psychologique du King’s College de Londres publie une méta-analyse examinant les conséquences psychologiques de la quarantaine, à partir de trois bases de données. Des critères de sélection ont permis d’inclure 24 études à la revue, parmi 3 100 articles disponibles. Sans surprise, la liste des facteurs de stress est longue. Les suites psychologiques observées des années plus tard sont, en revanche, plus alarmantes et caractérisent les symptômes d’un stress post-traumatique. À la suite de cette analyse, les chercheurs se demandent si d’autres mesures de santé publique pourraient empêcher la nécessité d’une quarantaine et incitent la communauté scientifique à mesurer l’efficacité de ces mesures.

Publié le 26 février 2020 dans The Lancet

DOI : 10.1016/S0140-6736(20)30460-8


Les molécules du SARS-CoV-2 passées au crible

Un collège de chercheurs chinois a analysé informatiquement les potentielles cibles thérapeutiques du SARS-CoV-2. Sur la base des résultats d’une analyse bioinformatique, les structures d’homologie de 18 protéines du virus SARS-CoV-2 et de deux protéines humaines ont été construites. Par ailleurs, 21 cibles ont été définies pour le criblage de ligands virtuels à haut débit. Aucune expérience antivirale in vivo et in vitro n’a été menée. Les chercheurs expriment leur volonté de partager les résultats de cette étude avec les scientifiques pour que de nouvelles perspectives médicamenteuses anti-SARS-CoV-2 voient le jour.

Publié le 27 février 2020 dans Acta Pharmaceutica Sinica B

DOI : 10.1016/j.apsb.2020.02.008


Épidémiologie d’une maison de retraite médicalisée face au SARS-CoV-2

Une équipe de chercheurs de Washington, en collaboration avec les Centers for Disease Control and Prevention, a étudié en février dernier, le cas d’une maison de retraite médicalisée de 130 résidents et 170 employés dans le King County. Parmi eux, 167 personnes ont été infectées, dont 101 résidents, 50 membres du personnel, et 16 visiteurs. Au vu de la prévalence inhabituelle de maladies respiratoires dans l’établissement, une investigation et une mise en quarantaine des personnes exposées ont immédiatement été instaurées. L’expérience décrite ici indique que les flambées de Covid-19 dans les établissements de soins peuvent avoir des conséquences considérables sur les personnes âgées et les systèmes de santé locaux. Les résultats soulignent aussi que le virus a un potentiel de propagation rapide et large. Les mesures proactives pour identifier et exclure le personnel et les visiteurs infectés et exposés sont primordiales.

Publiée le 27 mars 2020 dans The New England Journal of Medicine

DOI: 10.1056/NEJMoa2005412

Par Carla Masciari

À lire sur le même sujet