Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Nos laboratoires de recherche publique dépistent le Covid-19

L’Inserm et le CNRS se mettent à l’oeuvre pour dépister le Covid-19 : des analyses biologiques moléculaires d’un côté et des tests salivaires de diagnostic rapide de l’autre.

Les laboratoires de recherche publique sont plus que jamais mobilisés face à la pandémie. En effet, les tests de dépistage leur sont désormais ouverts. Un décret et un arrêté du 5 avril 2020 autorisent les préfets à réquisitionner les laboratoires de recherche publique, afin de procéder aux tests de dépistage du Covid-19.
La technique utilisée est la RT-PCR, basée sur le matériel génétique, c’est à dire l’ARN viral du SARS-CoV-2. Ainsi, le CNRS, l’Inserm ainsi qu’une cinquantaine de structures se tiennent prêt à réaliser 100 000 tests de dépistage par jour. Ces analyses se feront sous la coordination de l’Inserm.

Une étude clinique pour un test de dépistage rapide salivaire

Des scientifiques du CNRS lancent une étude clinique pour tester la performance du nouveau test de dépistage EasyCov, le 11 avril prochain. Les équipes Covid du CHU de Montpellier recruteront 180 personnes afin de les tester. Cette étude sera conduite en double aveugle : un groupe de patients testés positifs au Covid, et un groupe de personnel soignant supposé négatif.

Les analyses de présence d’ARN viral spécifique du SARS-CoV-2 seront faites en parallèle avec une méthode conventionnelle. L’étude a aussi comme objectif d’optimiser la sensibilité et la spécificité d’EasyCov.
Le test EasyCov est réalisable très facilement, sans nécessité d’un laboratoire. Il suffit de « placer la salive – l’un des principaux vecteurs du virus – avec les réactifs à 65°C pendant 30 minutes. Le personnel soignant peut alors lire le résultat à l’œil nu », explique le CNRS dans un communiqué paru ce vendredi 10 avril.

Les résultats sont attendus pour la fin de ce mois d’avril

En fonction des résultats de l’étude, une chaîne de production de ces tests salivaires sera mise en place. La société de biotechnologie SkillCell sera en charge de l’identification et la sécurisation des fournisseurs de réactifs, ainsi que des partenaires français en capacité de produire et distribuer le test. « La société française Vogo (…) est en charge du développement et du lancement de l’outil technologique qui permettra d’automatiser l’analyse des résultats par la lecture colorimétrique du test EasyCov », précise le communiqué.

Partager :

À lire sur le même sujet