Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Rémunération de l’officine en hausse de 1% : la FSPF demande plus

L’observatoire conventionnel du suivi de la rémunération qui s’est réuni à la CNAM le 5 juin « confirme (nos) craintes au moment de la signature de l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique » indique la FSPF dans un communiqué de presse.

Selon le syndicat, malgré une évolution de + 1,1 % de la rémunération totale de l’officine (marge + honoraires + ROSP + remises génériques + CICE) en 2018 par rapport à 2017, le niveau de la rémunération reste inférieur à celui de 2016, année de référence inscrite dans l’avenant n° 11. « Plus précisément, la rémunération globale du réseau recule de 1,5 % entre 2018 et 2016 » avance ainsi la FSPF.

« Cette évolution est de nature à déclencher la clause de revoyure prévue par l’avenant n° 11. En effet, une diminution de la rémunération globale du réseau d’au moins 1 % par rapport à 2016 entraîne l’ouverture de négociations en 2021 » assène le syndicat.

Les chiffres de l’assurance maladie remis en cause

La FSPF pointe également des différences entre les chiffres de l’assurance maladie et ceux de la profession (IQVIA – Pharmastat). Tandis que l’assurance maladie avance une progression du cumul marge + honoraires, Pharmastat note une baisse sur la même période. Selon la FSPF : « les bilans comptables des officines donnent malheureusement raison à Pharmastat »

Par ailleurs, la FSPF s’inquiète de la faisabilité de la mise en place de la clause de sauvegarde individuelle qui devait être activée si la rémunération d’une officine se trouvait pénalisée par la nouvelle marge, aucune proposition de mise en œuvre n’ayant été communiquée à ce jour par l’assurance maladie.

Inquiétude sur le déremboursement de l’homéopathie

Enfin, le possible déremboursement de l’homéopathie « conforte la FSPF dans son refus de signer l’avenant n°11 ». En effet, l’instauration d’un taux de marge de 10 % sur la première tranche de la MDL, en plus de l’honoraire de 1 euro par boîte confirmé par les signataires, risque de coûter cher à la profession si ces médicaments n’étaient plus pris en charge. Selon l’assurance maladie, la marge réglementée sur les spécialités homéopathiques est passée de 1 million d’euros en 2017 à 10 millions d’euros en 2018.

« L’avenant n°11 est insuffisant : la FSPF demande une augmentation des honoraires » conclut le communiqué.

 

 

D’après un communiqué de presse de la FSPF

 

 

Partager :

À lire sur le même sujet