Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Ma santé 2022 : un amendement pour plus de « transparence » dans le financement des officines

Le Sénat a modifié ce mardi 11 juin la prochaine Loi santé, donnant au Conseil de l’Ordre un droit de regard sur le financement des officines.

Si l’Assemblée nationale le confirme, la Loi Ma Santé 2022 apportera un nouveau changement au Code de la santé publique concernant le financement des officines. Les sénateurs ont proposé de modifier l’article L. 4221-19 qui dispose aujourd’hui que « les pharmaciens exerçant en société doivent communiquer au conseil de l’ordre (…), les conventions et avenants relatifs (…) aux rapports entre associés ». En y ajoutant : « et lorsqu’ils existent, entre associés et intervenants concourant au financement de l’officine ».

Cet amendement pousse vers plus de transparence financière les pharmaciens associés vis-à-vis de l’Ordre. Il devrait permettre de mieux vérifier le respect des règles en vigueur. Le texte apportera plus de lourdeur administrative dans le rapport entre les titulaires et les CROP, mais laisse la possibilité de gérer entre confrères les querelles qui pourraient en découler.

Le financement des officines, un sujet brûlant qui passionne de nombreux titulaires, présents et en devenir ainsi que certains étudiants en pharmacie. Ces derniers ont d’ailleurs salué par l’intermédiaire de l’ANEPF la décision des vieux sages qui d’après eux protège « les jeunes titulaires qui se font avoir avec des promesses d’apports par des financiers non pharmaciens ». Certains titulaires se retrouvent « esclaves de ces groupements et finissent dégoûtés par le métier ». Ce texte permettrait de refaire passer avant la rentabilité financière, les responsabilités et devoirs du pharmacien. De défendre le monopole tout en protégeant les futurs titulaires à la recherche de financements.

Partager :

À lire sur le même sujet