Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Téléconsultation en officine : ce que dit l’avenant signé le 6 décembre

Prévue par l’avenant conventionnel n°11, la téléconsultation est désormais précisée dans l’avenant n°15, signé le 6 décembre 2018 par l’Assurance maladie, l’USPO et la FSPF.

Présentée comme une solution concrète face à la difficulté d’accès aux soins des personnes âgées, fragiles, ou à mobilité réduite, la téléconsultation permet aux patients d’accéder à leur médecin ou à l’hôpital par l’intermédiaire de l’équipement de la pharmacie de proximité, limitant ainsi leur déplacement. Mieux, comme le constatent les acteurs de la téléconsultation déjà opérationnels, il s’agit d’un moyen de désengorger les cabinets médicaux ou urgences médicales en période de crise, et notamment en ce qui concerne les pathologies et consultations dites « rapides », telles que les prises en charge de cystite, ou renouvellement d’ordonnance de pilule contraceptive.

Les téléconsultations devront être réalisées dans le respect du parcours de soins coordonné du patient avec un médecin traitant ou un médecin connu du patient, qu’il exerce en libéral ou qu’il soit salarié d’une structure. En leur absence, la téléconsultation sera mise en oeuvre dans le cadre d’une organisation territoriale coordonnée (communauté professionnelle de territoire de santé – CPTS – ou équipe de soins primaires).

Pour proposer une téléconsultation, les pharmacies devront disposer d’un espace de confidentialité et de différents équipements cités par l’avenant n°15 : comme une visioconférence, un stéthoscope connecté, un otoscope connecté, un oxymètre et un tensiomètre. Pour financer l’équipement, l’Assurance maladie indemnisera à hauteur de 1 125 euros la première année et 350 euros les années suivantes une partie des frais engendrés par la téléconsultation. Une participation forfaitaire de 200 à 400 euros pour le temps passé par la pharmacie est également prévue. Ce montant dépendra du nombre de téléconsultations réalisées au sein de l’officine, les syndicats ayant obtenu que cette rémunération soit réévaluée pour les officines réalisant plus de 50 téléconsultations par an.

La FSPF plaide pour que ces évolutions techniques soient appliquées aux récentes missions confiées aux pharmaciens, en ouvrant notamment la possibilité de réaliser des entretiens pharmaceutiques par vidéotransmission.

Un regret toutefois : que la proposition de l’ajout d’un coefficient de majoration pour les DOM n’ait pas été retenue.

Partager :

À lire sur le même sujet