Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Vaccination antigrippale en officine : 81% des pharmaciens satisfaits !

L’expérimentation de la vaccination antigrippale à l’officine sera généralisée à toute la France en 2019, a annoncé la ministre de la Santé lors de la conférence de presse sur le PLFSS. L’occasion de revenir sur une année d’expérience dans deux régions.

Pfizer vaccins, a mené une enquête avec l’institut IPSOS afin d’identifier les freins et leviers perçus par différents acteurs de la vaccination impliqués dans les régions pilotes Rhône-Alpes/Auvergne et Nouvelle Aquitaine,

Plébiscitée par les usagers dans cette étude, la vaccination en pharmacie est considérée par les médecins et les pharmaciens comme un moyen d’améliorer la couverture vaccinale. Si certains points sont à optimiser comme les démarches administratives, la coordination entre professionnels de santé ou encore le suivi vaccinal des usagers, les professionnels de santé sont ouverts à la réflexion pour étendre la vaccination contre la grippe en pharmacie, pour d’autres populations et voire, d’autres types de vaccination.

Quelques chiffres

96% des vaccinés se sont déclarés satisfaits et 81% des pharmaciens vaccinateurs. Les médecins généralistes sont quant à eux plus réservés avec une note de 4,8/10. Parmi les bénéfices de la vaccination antigrippale en officine, l’accès facilité à la vaccination est cité comme point fort par 81 % des usagers et 88 % des pharmaciens.

Par ailleurs 60 % des médecins interrogés pensent que la vaccination en pharmacie permettra d’augmenter de façon significative la couverture vaccinale contre la grippe saisonnière.

85% des pharmaciens et 60% des médecins généralistes interrogés estiment que la répartition des rôles entre les professionnels de santé s’est faite en bonne intelligence dans le cadre de l’expérimentation.

La vaccination contre la grippe doit faire partie des missions du pharmacien à l’avenir pour 45 % des médecins généralistes.

Des pistes d’améliorations concrètes

« Le seul moyen véritablement efficace pour le suivi du patient est la mise en place du Carnet de Vaccination Electronique – déployé dans les 2 régions déjà « vaccinantes » – qui serait partagé entre l’usager et les professionnels de santé. » explique Olivier Rozaire, pharmacien, président de l’URPS Auvergne Rhône-Alpes.

« Le choix d’étendre les missions des pharmacies d’officine est un choix de santé publique face à la baisse des taux de vaccination, mais il est nécessaire de conserver la complémentarité et la coordination entre les professionnels de santé, par exemple en ciblant des populations différentes.» estime Marie-José Augé Caumon, pharmacienne, Conseillère du président de l’USPO et membre associée du Conseil Economique, Social et Environnemental.

Suite à l’expérimentation, les médecins généralistes et les pharmaciens sont ouverts à une réflexion pour étendre la vaccination en pharmacie à d’autres régions, populations et types de vaccinations.

À l’avenir, ils considèrent également que d’autres vaccinations pourraient être envisagées en pharmacie : 36 % des médecins et 83 % des pharmaciens souhaitent l’extension chez les adultes, en particulier pour les rappels DTP.

 

 

Partager :

À lire sur le même sujet