Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Addiction : des cerveaux plus vulnérables ?

Publié dans Molecular Psychiatry le 5 mars

DOI : 10.1038/s41380-018-0038-0

Depuis longtemps soupçonné, le lien entre neurogenèse anormale et vulnérabilité à l’addiction vient d’être confirmé chez le rongeur par une équipe du Neurocentre Magendie de l’université de Bordeaux. Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont comparé la motivation à s’autoadministrer de la cocaïne chez deux groupes de souris : un groupe sain et un groupe génétiquement modifié afin que la neurogenèse au niveau de l’hippocampe soit moindre. Ils ont ainsi observé que les souris transgéniques étaient non seulement plus motivées à se droguer, mais aussi plus sujettes à une rechute après 6 semaines de sevrage. Combinés à de précédentes études qui avaient démontré l’impact négatif de la prise de drogues sur la production des neurones dans l’hippocampe, ces résultats ouvrent la voie à une meilleure compréhension des conduites addictives, en particulier au cours de l’adolescence, période importante de maturation du cerveau.

Partager :

ACHAT EN LIGNE

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.
"Addiction : des cerveaux plus vulnérables ?"

Non disponible à la vente.

Découvrez tous les numéros de la revue en cliquant ici

Abonnement en ligne

Abonnez-vous à la revue et accédez en illimité au site : archives des revues, articles en ligne, vidéos et podcasts, informations pratiques, petites annonces, newsletters thématiques ...

Découvrez l'offre d'abonnement que nous vous avons réservé en cliquant ici

Julien Dabjat

À lire sur le même sujet