Place à la prescription électronique !

Cegedim Logiciels Médicaux (CLM) innove dans le domaine de prescription électronique. Son logiciel Crossway a en effet permis de créer la première ordonnance dématérialisée à destination du pharmacien et adressé par celui-ci à l’Assurance-Maladie (CNAM), une première étape clé dans la mise en œuvre de la prescription électronique de médicaments et de dispositifs médicaux dont la première expérimentation est menée actuellement dans les départements du Val-deMarne, de Saône-et-Loire et de Maine-et-Loire. La version de Crossway incluant la prescription électronique permet au praticien d’imprimer sur l’ordonnance de son patient les données codifiées de prescription, sous la forme d’un QR Code. Le pharmacien n’a plus besoin de scanner l’ordonnance, puisqu’il lui suffit de passer le code sous son lecteur pour récupérer dans son logiciel toutes les données de la prescription.

Une prescription efficace contre la fraude

L’absence de re-saisie élimine les risques d’erreurs de transcription et sécurise la dispensation des médicaments. Le cryptage du code grâce à la carte de professionnel de santé du prescripteur, représente de plus pour l’Assurance maladie un moyen de lutte contre la fraude. Ce dispositif apporte également un service à valeur ajoutée pour le médecin, qui peut recevoir en retour les informations de délivrance, avec l’accord du patient. « Après la feuille de soins électronique, les téléservices de l’Assurance maladie, la messagerie de santé et le DMP, nous sommes heureux d’accompagner les médecins dans la prescription électronique. La dématérialisation des échanges en santé, entre professionnels de santé et avec les institutions, se développe en France depuis quelques années. CLM y prend une part active, toujours avec la même ambition de répondre aux besoins de la pratique médicale et de ses évolutions », indique Dany Huppenoire, Directeur de Cegedim Logiciels Médicaux.

Ces innovations devraient, dans un futur relativement proche, se généraliser en pharmacies et maisons de santé, comme c’est déjà le cas dans de nombreux pays d’Europe.

À lire sur le même sujet