Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Cancer colorectal : les femmes plus vulnérables

A l’occasion de Mars Bleu, mois de sensibilisation au cancer colorectal, l’Association France Côlon a  divulgué les résultats de l’enquête nationale « Vivre avec un cancer colorectal » menée pendant un an auprès de 225 patients (âge moyen 61 ans, 51 % de femmes). Cette première enquête menée sur le vécu des patients et leur parcours de soins a pour objectif de permettre à l’association France Côlon de mieux adapter son action aux besoins et problématiques les plus fréquemment rencontrées par les patients en difficultés.

Les principaux résultats révèlent que les femmes et les actifs sont plus vulnérables aux conséquences du cancer colorectal : 24 % des femmes et 31 % des personnes de moins de 65 ans souffrent de difficultés financières (contre, respectivement, 16 % des hommes et 5 % des plus de 65 ans). L’enquête met également en évidence qu’1 patient sur 2 a découvert sa maladie alerté par ses symptômes spécifiques (principalement sang dans les selles et fatigue) ; cependant, plus d’un tiers des patients (34 %) a attendu plus de 6 mois avant de consulter. Si 60 % des personnes interrogées affirment avoir été satisfaites de l’annonce du diagnostic, 54 % déclarent que cette annonce leur a néanmoins été faite hors de la présence d’un proche.

« Par cette enquête, l’association France Côlon souhaite également interpeller les pouvoirs publics sur l’importance de sensibiliser davantage le grand public aux symptômes du cancer colorectal pour favoriser le diagnostic précoce, de faire respecter les recommandations d’annonce du diagnostic par les professionnels de santé et d’améliorer la formation des pharmaciens d’officine aux différents aspects de ce cancer », indique Jean-Louis Bertou, président de l’association France Côlon.

Avec 43 068 nouveaux cas en France en 2015 dont 54,6 % survenant chez les hommes, le cancer du côlon-rectum se situe, tous sexes confondus, au 3ème rang des cancers les plus fréquents, après le cancer de la prostate et le cancer du sein3. En 2015, 17 833 personnes sont décédées des suites de ce cancer. Pourtant, dépisté à temps, il guérit dans plus de 90 % des cas (contre 50 % en cas de dépistage tardif).

D’après un communiqué de l’Association France Côlon

Partager :

À lire sur le même sujet