Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Puces, punaises, gales : la chasse aux parasites est ouverte

Puces, punaises, gales
  • Une puce adulte pond en moyenne 600 œufs par mois.

  • Les démangeaisons dues aux punaises de lit apparaissent 1 à 2 heures après la piqûre.

  • Le trajet de la gale apparaît sous forme d’un sillon long de quelques millimètres.

Puces

Il existe plus de 2000 espèces de puces et chaque animal possède la sienne : Ctenocephalides felis, canis, etc.

Cycle et transmission

Les puces adultes vivent cachées dans le pelage des animaux et se nourrissent de leur sang. Une fois fécondées, les femelles quittent leur hôte et vont pondre leurs oeufs sur le sol. Les larves qui en sortent se transforment en nymphes qui donnent à leur tour de jeunes puces adultes. Celles-ci attendent alors un hôte, leur sautent dessus pour les piquer et se nourrir. Un cycle dure au minimum trois semaines quand les conditions sont favorables à l’éclosion des nymphes, mais ces dernières peuvent résister jusqu’à 5-6 mois dans l’environnement. La ponte se faisant préférentiellement dans les tissus, paniers, coussins, canapés, lits, etc. c’est là que l’on retrouve la majeure partie de la population de puces, oeufs, larves, nymphes.

Moyens de détection

  • Les piqûres

Elles sont marquées par la présence de papules très prurigineuses dans les régions abdominale et dorsolombaire et sur la face interne des cuisses, notamment en cas d’infestation massive. Les animaux se grattent très souvent. Toutefois, beaucoup d’entre eux ne manifestent aucun symptôme.

  • Les puces elles-mêmes

Il est possible de les voir en examinant de près l’animal, en écartant les poils. Elles sont en outre facilement repérées au sol lorsqu’elles sautent.

  • Les déjections

Des petites particules noirâtres de près d’un millimètre, en forme de virgule, sont retrouvées dans le pelage ou en brossant l’animal sur un linge blanc.

Maladies associées

Les puces peuvent entraîner une dermatite allergique aux piqûres de puces (DAPP), une réaction provoquée par la salive de ces insectes. Très fréquente chez le chien, cette dermatose est marquée par une congestion de la peau qui se parsème de petits boutons très prurigineux au niveau du cou, des régions dorso-lombaire et de l’abdomen et derrière les cuisses, mais aussi par des plaques eczémateuses. Une seule piqûre suffit à entraîner des démangeaisons pendant trois semaines chez un animal allergique. Les lésions de grattage sont susceptibles de s’infecter.

Par ailleurs, les puces peuvent porter des oeufs de vers digestif – le Dipylidium – et les transmettre à leur hôte. Ce vers plat du genre tænia est toutefois peu fréquent. Il passe souvent inaperçu et a peu d’incidence sur la santé (troubles digestifs…).

Stratégie de lutte

Elle comporte l’élimination des parasites et un traitement d’entretien par un collier insecticide (Biocanipro, Seresto…), éventuellement complétés par l’application deux à trois fois par semaine de lotion, spray ou poudre (Vetoform, Fiprokil, Dog-net…). Fipronil, imidaclopride, pyréthrines (dont la perméthrine) et inhibiteurs de croissance (pyriproxyfène, méthoprène) sont les molécules les plus fréquemment retrouvées dans les antipuces à usage externe disponibles sans prescription. Sous forme de pipette contenant une dose à déposer sur la peau, au niveau du cou, la forme spot-on est à la fois pratique et efficace, en curatif et préventif (Frontline, Tick-puss, Advantix chien, Advantage chat…). Elle garantit une imprégnation de la surface totale de l’animal et protège celui-ci pendant au moins un mois en agissant sur les différents stades.

Attention aux pyréthrines : elles sont toxiques pour les chats et donc contre-indiquées. Certaines gammes sont accessibles uniquement sur prescription vétérinaire (spot-on, comprimés). En cas de DAPP, un traitement local anti-infectieux et anti-inflammatoire, corticoïde ou antihistaminique, doit être de plus appliqué.

Punaises

La principale espèce de punaise, Cimex lectularius, ou punaise de lit, se nourrit de sang humain, mais elle peut piquer l’animal si elle est affamée. De forme ovale, de couleur brune, cet insecte mesure environ un demi-centimètre de longueur à l’âge adulte. Il ne vit jamais sur les êtres humains ni sur les animaux.

Lieux de prédilection

Les hôtels, hôpitaux, maisons de retraite, crèches, écoles… sont les lieux possibles de contamination, en augmentation depuis quelques années. Ces parasites investissent surtout les chambres à coucher (matelas, sommiers, cadres de lit, litières). Ils vivent aussi dans d’autres endroits sombres et calmes (canapés de salon, fissures des murs et du plancher, arrières des tableaux, rideaux…). Ces insectes ne se déplaçant qu’en marchant, ils sont le plus souvent transportés d’un lieu à l’autre lors du déplacement d’un objet dans lequel ils séjournent (literie, meuble d’occasion, valise, sac, vêtement…).

Signes d’infestation

  • Les piqûres

Les punaises se cachent dans la journée et ne sortent que la nuit, lorsque la lumière est éteinte. Les piqûres sont signalées par plusieurs grosses papules rouges, généralement groupées sur une même ligne. Elles s’accompagnent parfois de fortes démangeaisons. Elles peuvent d’autre part provoquer des réactions allergiques parfois sévères.

  • Les déjections

Elles forment de petites taches noires sur la literie ou les murs.

Gale du corps

Cette dermatite est causée par un petit acarien globuleux d’un demi-millimètre de longueur de la famille des Sarcoptidés. Chaque animal a son sarcopte.

Cycle et transmission

La totalité du cycle de ces parasites se déroule sur l’hôte. Lorsqu’ils deviennent adultes, les jeunes acariens s’accouplent à la surface de la peau. Une fois fécondée, la femelle creuse son nid dans la couche cornée de l’épiderme. Elle avance dans sa petite galerie, y dépose ses oeufs, se nourrit et rejette ses excréments, crache de la salive contenant des protéines qui sensibilise son hôte. Les oeufs éclosent en trois à cinq jours et les larves subissent deux mues avant de devenir adultes. Les jeunes adultes remontent alors à la surface de la peau. La durée du cycle est de deux à trois semaines.

La transmission aux nouveaux hôtes se fait principalement par contact direct et étroit, et seulement lorsque le parasite se trouve hors du nid. Sarcoptes peut aussi survivre en dehors de son hôte durant environ une semaine. La gale sarcoptique touche plus souvent le chien que le chat.

Symptômes caractéristiques

La maladie est marquée par des démangeaisons intenses, un grattage important avec perte de poils (dépilations irrégulières à la tête, aux oreilles, aux membres).

Les lésions – boutons (petits points rouges), croûtes, hyperpigmentation – se retrouvent principalement au niveau des pavillons auriculaires, sur la face externe des coudes et dans la région ventrale du thorax et de l’abdomen. Les plaies de grattage sont susceptibles de s’infecter.

Traitement à appliquer

Il consiste en l’administration d’un antiparasitaire externe (Advocate spot-on…) ou injectable par le vétérinaire. Il peut être complété par un antiseptique local et un shampooing. Si les lésions sont trop importantes, des antibiotiques sont indispensables. Le traitement à base d’ivermectine (Stromectol) est uniquement réservé à l’homme. Toutefois, la maladie n’étant pas commune à l’homme et à l’animal, la transmission de la gale animale est très rare et ne dure pas.

Gale des oreilles

Elle est due à un acarien appelé Otodectes cynotis. C’est une maladie très fréquente, particulièrement chez les jeunes chats et chiens issus de collectivités. Le parasite vit, se nourrit et se reproduit dans le conduit des oreilles. La transmission se fait d’un animal à l’autre par contact.

Symptômes caractéristiques

La multiplication des parasites dans les oreilles provoque une inflammation et s’accompagne de l’hypersécrétion d’un cérumen épais et de couleur très sombre. L’animal se gratte souvent et secoue la tête. À force de grattage, l’inflammation du conduit et du pavillon auditifs peut devenir très importante.

Traitement à appliquer

Des acaricides sont disponibles sans prescription (Otostan solution auriculaire, également antiprurigineuse, Advocate spot-on…) ou prescrits par le vétérinaire. La durée de traitement doit continuer jusqu’à ce que tous les œufs ont éclos.


Précautions vis-à-vis de l’entourage

  • Lorsqu’un animal est infesté de puces, il faut traiter également les autres chiens et chats en contact avec lui.
  • Les animaux atteints de gale sont très contagieux entre eux. L’animal doit être isolé pendant le traitement.
  • Dans tous les cas, mieux vaut prévenir l’entourage et les voisins pour éviter la contamination de leur environnement : ces derniers pourront appliquer des mesures préventives de déparasitage de l’habitat.

Ph124-veto2

3 questions au Dr Arezki Izri

Chef du service de parasitologie-mycologie à l’hôpital Avicenne, université Paris 1

Quel est le principal vecteur de puces ?

C’est le chat, et pourtant, on oublie souvent de le traiter. Il attrape les puces en passant sur un sol infesté et parfois au contact d’un autre chat. Il suffit qu’il ramène une seule puce à la maison pour que celle-ci provoque une véritable infestation de l’habitat et de l’animal. La puce du chat s’attaque parfois à l’homme.

Peut-on prévenir l’infestation ?

Un collier insecticide porté en permanence offre une bonne protection. Si l’animal est bien traité et surveillé (entretien du pelage, brossage régulier), les puces n’ont pas le temps de se développer et de se multiplier.

Les insecticides fonctionnent-ils sur les punaises ?

Les punaises sont devenues résistantes à ces produits. En cas d’utilisation, elles se déplacent à côté, reviennent la nuit pour piquer, se nourrir de sang et repartent. On ne peut donc s’en débarrasser simplement avec ce type de traitement. Contrairement à l’homme, l’animal est très rarement piqué.

Partager :

ACHAT EN LIGNE

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.
"Puces, punaises, gales : la chasse aux parasites est ouverte"

Découvrez tous les numéros de la revue en cliquant ici

Abonnement en ligne

Abonnez-vous à la revue et accédez en illimité au site : archives des revues, articles en ligne, vidéos et podcasts, informations pratiques, petites annonces, newsletters thématiques ...

Découvrez l'offre d'abonnement que nous vous avons réservé en cliquant ici

Auteur : Clémence Clerc

À lire sur le même sujet