Biosimilaires : Sandoz s’engage

Le 27 septembre, le laboratoire Sandoz a proposé plusieurs pistes pour promouvoir et renforcer l’usage des médicaments biosimilaires et mieux répondre aux objectifs de 80 % définis par le gouvernement dans sa stratégie nationale de santé 2018-2022.

D’après Mireille Saliba, présidente de Sandoz France, « Chaque professionnel de santé — médecin, pharmacien d’officine, infirmière — a un rôle important à jouer dans la prescription, la dispensation, et l’éducation thérapeutique. Chacun doit trouver une juste valorisation du temps dédiée à la pédagogie et l’accompagnement des patients. »

Le laboratoire propose ainsi aux pouvoirs publics de créer une rémunération pour les professionnels de santé. Cette incitation financière déjà mise en place cet été pour les médecins libéraux pourrait concerner les pharmaciens d’officine sous la forme de protocole de dispensation et d’entretien pharmaceutique. Objectifs : renforcer l’éducation thérapeutique et valider avec le patient la notion d’interchangeabilité.

Selon Sandoz, le développement des médicaments biosimilaires passe également par une formation des professionnels de santé. Une meilleure sensibilisation permettrait de s’assurer de la confiance des patients et leur adhésion au traitement.

 

1,4 milliard d’euros d’économies générées liées à l’interchangeabilité depuis 2008 selon une étude GERS Data

15 nouveaux médicaments biosimilaires annoncés par Sandoz d’ici 10 ans