Médicaments et grossesse : L’ANSM lance une campagne d’information

Sa signature : « Les médicaments, c’est pas n’importe comment ! » Cette campagne digitale, lancée sur les réseaux sociaux le 2 juin, devrait durer toute l’année. L’objectif est de sensibiliser largement les femmes aux risques liés à la prise de médicaments et à l’arrêt de leurs traitements pendant la grossesse. Trois profils sont plus particulièrement visés : les femmes qui ont un projet de grossesse, celles qui sont enceintes de leur 2ème enfant ou plus et toutes celles qui souffrent de maladies chroniques.

D’après les résultats d’une enquête menée pour l’ANSM par Viavoice en novembre 2019 (réactualisée en novembre 2020), seules 30% des femmes de 18 à 44 ans en désir de grossesse ou enceintes se sentent suffisamment informées à ce sujet. En comparaison, 68% ont une bonne connaissance des risques liés au tabac pendant la grossesse et 67% pour le tabagisme.

Autre motif d’inquiétude : 26% d’entre elles n’ont prévenu aucun professionnel de santé de leur projet de grossesse alors que 23% suivent un traitement chronique. Près d’un tiers ont également arrêté de prendre leur médicament sans avis médical. « La campagne rappellera les 4 règles d’or » a précisé Claire Mounier Directrice Surveillance à l’ANSM : « Préparer la grossesse avec un médecin ou une sage-femme, pas d’automédication, ne jamais arrêter seule un traitement prescrit et informer tous les professionnels de santé consultés de sa grossesse ». Le pharmacien est largement partie prenante, d’autant que « les professionnels de santé sont un maillon essentiel de la campagne » a précisé Rose-Marie Tunier, Directrice générale de la communication à l’ANSM. Vidéo témoignages, contenus conversationnels pédagogiques, e-mailing et affiches seront disponibles sur un nouveau site créé pour l’occasion : www.medicamentsetgrossesse.fr