Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Loire-Atlantique

Patrick Leroux, expert‑comptable, analyse l’évolution de l’activité, de la rentabilité et des prix d’acquisition en Loire-Atlantique.

Partager :

Télécharger le PDF de l'article

Chiffre d’affaires et marge

Entre 2018 et 2019, le chiffre d’affaires HT a progressé de 15,3 K€, soit une augmentation de 0,88 %. Cette évolution du volume d’activité s’explique notamment par la progression des ventes de produits chers.
Parallèlement, la marge commerciale est restée relativement stable. On constate une augmentation de sa valeur de 1 K€, soit une progression de 0,18 %.
Quant au taux de marge commerciale, il recule de 0,22 point passant de 32,41 % en 2018 à 32,19 % en 2019. En dépit de ce recul, il reste relativement élevé par rapport à la moyenne nationale, il faut y voir la conséquence de la forte proportion des ventes de médicaments génériques dans la région. L’EBE a peu évolué. On constate ainsi une diminution de 4,8 K€ en valeur seulement, soit un recul de 1,93 %.
La teneur de l’EBE est due à une bonne maîtrise des frais généraux ainsi qu’à une hausse relative des charges de personnel.
En parallèle, les officines poursuivent leur désendettement (-7,23 % sur un an).

Cessions d’officines

On recense en moyenne une dizaine de cessions par an (cession de fonds et cession de parts sociales incluses). Sur la période étudiée, les cessions observées ont porté sur des officines dont le chiffre d’affaires hors taxes moyen s’établit à 1 500 K€ avec seulement une seule pour laquelle le niveau d’activité est en deçà de 1 000 K€. Cette tendance est la traduction des attentes des primo-accédants en termes de taille d’officine visée.
L’acquisition d’une officine nécessite toujours un apport personnel important eu égard à la valeur de négociation des fonds. En 2019, l’apport personnel ressort à 16 % du prix d’acquisition moyen contre 24 % en 2018. Cette tendance est conforme à la moyenne nationale. Comme l’année précédente, nous observons une baisse relative des prix de cession exprimés en multiple de l’EBE ; 7,18 fois l’EBE en 2019 contre 7,40 fois l’EBE en 2018. Cette tendance baissière devrait se poursuivre en 2020.

2020 fortement touchée par le coronavirus

En 2020, l’activité économique en France a été fortement bouleversée en raison de l’épidémie et des mesures de confinement. Néanmoins, en tant que commerces essentiels, les officines qui sont restées ouvertes ont plutôt bien résisté. Dans notre région, le recul d’activité a été de l’ordre de 7 %. •

Par Patrick Leroux, expert‑comptable

À lire sur le même sujet