Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Amazon : la colère de l’Académie de pharmacie

L’Académie nationale de pharmacie fait sa levée de bouclier contre le projet de loi Accélération et simplification de l’action publique.

Dans un communiqué en date du 7 février, les pharmaciens de l’Académie expriment leur désaccord avec le texte de loi. « Au regard des inconvénients majeurs qu’apporte ce texte sur le plan de la Santé publique, nous ne voyons pas quelles pourraient être les conséquences bénéfiques pour les patients » déclarent les académiciens.

En effet, le laborieux contrôle effectif du stockage médicamenteux jusqu’à présent maîtrisé, serait mis à mal après passage de la loi. Selon l’Académie, un contrôle de qualité moindre constituerait alors un plus grand risque de falsification des médicaments.

Par ailleurs, l’Académie pointe du doigt la mise en péril du conseil pharmaceutique. Si les conditions d’ouverture des sites de vente en ligne de médicaments à prescription médicale facultative sont assouplies, le dialogue entre pharmaciens et patients est amené à disparaître. Or, rappelons que la prévention des effets indésirables et surdosages fait partie du conseil pharmaceutique et ne doit, en aucun cas, être délaissé.

Enfin, préserver une répartition équitable d’officines sur le territoire français est primordial : « L’activité de vente en ligne de médicament doit rester complémentaire à la vente au comptoir » soutient l’Académie.

Face aux réticences déjà exprimées par le conseil de l’Ordre, l’USPO, et maintenant celles de l’Académie nationale de pharmacie, quel avenir sera réservé à ce projet de loi ?

Partager :

À lire sur le même sujet