Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Hauts-de-France

Population étudiée

Nous avons retenu les pharmacies dont les exercices 2018 et 2017 ont une durée de 12 mois et exclu celles qui ont réalisé un regroupement ou un transfert au cours de la période étudiée.

Sur notre territoire, le taux de pharmacie en zone urbaine est largement surdéveloppé par rapport à l’échelon national. Les zones urbaines représentent un atout contre la désertification médicale constatée en campagne, mais impliquent une plus forte concurrence entre les officines. La sensibilisation du pharmacien aux nouvelles missions est un élément clé pour se démarquer et proposer un service de qualité aux patients.

Chiffre d’affaires, marge et EBE

Sur la période, le chiffre d’affaires HT moyen (prestations incluses) a progressé de 0,76 %. Toutefois, on note que les écarts continuent de se creuser entre les officines en fonction de leur emplacement, de leur environnement médical, mais surtout de leur taille : les officines avec moins de 1,5 M de CA voient leur chiffre d’affaires reculer à l’inverse des officines de plus de 1,5 M. Plus d’une pharmacie sur deux (50,7 %) perd du chiffre d’affaires.

La marge brute moyenne progresse (+2,4 K) alors que l’EBE se replie (-1,5 K) sous l’effet de la hausse des frais de personnel. Là encore, les disparités demeurent en fonction de la typologie de l’officine.

Acquisition et financement

Contrairement à l’année dernière, le panel des cessions de cette année n’intègre pas d’officines avec un chiffre d’affaires très important : le prix moyen des cessions est alors largement revu à la baisse. De l’autre côté du spectre, une seule pharmacie de moins de 1 M de CA a été vendue cette année. Cela confirme l’existence d’une taille critique à partir de laquelle l’officine en vente devient attractive pour un acquéreur potentiel. Quid alors du devenir du maillage territorial ?

Le prix moyen des cessions revient à 6,48 fois l’EBE pour un pourcentage de chiffre d’affaires de 76 %. La région propose ainsi des prix en deçà des statistiques nationales. L’apport demandé aux acquéreurs suit donc cette tendance avec un taux de 17 % en repli sur le national qui présente un apport à 20 %. La région Hauts-de-France perpétue la logique observée les années précédentes : elle demeure la plus raisonnable en termes de prix. •

www.conseil-gestion-pharmacie.com
www.fcconseil.com

Partager :

LIRE LA SUITE

Seuls les utilisateurs autorisés peuvent accéder à la lecture complète de cet article.

Pour lire le contenu intégral en ligne, vous devez être inscrit(e) au site de Revue Pharma.

Vous êtes inscrit(e) sur le site de Revue Pharma ?
- Connectez-vous à votre espace sur le site en cliquant ici.

Vous êtes abonné(e) à la revue ?
- Connectez-vous à votre espace sur le site en cliquant ici.
- Créez facilement votre espace sur le site grâce à votre numéro client en cliquant ici.

Abonnez-vous à la revue en ligne et accédez à tous les contenus du site !
Accès illimité au site : archives des revues, articles en ligne, vidéos et podcasts, informations pratiques, petites annonces, newsletters thématiques ...
- Découvrez l'offre d'abonnement que nous vous avons réservé en cliquant ici.

Inscrivez-vous gratuitement à Revuepharma.fr et accédez à de nombreuses catégories du site !
Accès aux articles des catégories : Etudiants, Le jour où, Cabinet de curiosité, Conseil associé, Doc+, Mémo conseil, Molécule, Revue de presse, Pharmacovigilance.
- Créez facilement votre espace sur le site en cliquant ici.

ACHAT EN LIGNE

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.
"Hauts-de-France"

Non disponible à la vente.

Découvrez tous les numéros de la revue en cliquant ici

Abonnement en ligne

Abonnez-vous à la revue et accédez en illimité au site : archives des revues, articles en ligne, vidéos et podcasts, informations pratiques, petites annonces, newsletters thématiques ...

Découvrez l'offre d'abonnement que nous vous avons réservé en cliquant ici

Par Louis Maertens

À lire sur le même sujet