Finastéride : vigilance accrue

Alerte

Le 1er janvier 2019, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) envoie une nouvelle alerte aux professionnels de santé concernant les risques de troubles psychiatriques et sexuels liés à la prise de finastéride. En octobre 2017, les RCP du finastéride avaient déjà été modifiées en ce sens, alertant sur les risques de dépression, changement d’humeur et idées suicidaires. Des effets indésirables ajoutés dès 2010 aux États-Unis.

1 ou 5

Depuis 1992, le finastéride est commercialisé, à la dose de 5 mg, pour le traitement des symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP). En 1999, il obtient son feu vert dans le traitement de l’alopécie androgénique, à la dose de 1 mg. À noter que le finastéride peut être prescrit, hors AMM, dans le cadre d’un changement de sexe, homme à femme, car il stoppe la poussée de poils et la perte de cheveux.

Conduite à tenir

Devant tout symptôme psychiatrique, le patient traité pour une alopécie devra arrêter de lui-même son traitement. À l’inverse, si le patient est traité pour une HBP, il devra consulter rapidement son médecin et ne pas interrompre seul le finastéride. En cas de troubles sexuels, poussez votre patient à consulter.

5-alpha-réductases

Le finastéride est un inhibiteur des 5-alpha-réductases de type II. Il inhibe donc de manière sélective la transformation de la testostérone en sa forme active, la dihydrotestostérone. Parce qu’il n’agit pas sur la 5-alpharéductase de type I, ses effets sur la libido sont donc limités.

Et la femme ?

Le finastéride est contreindiqué chez la femme et n’a aucune efficacité sur l’alopécie féminine. Une poignée d’études, modestes, rapportées par Cochrane, ne montrent aucune différence entre le placebo et le finastéride. Ce dernier est considéré comme tératogène, ayant des conséquences sur la formation du fœtus mâle. Les femmes ne doivent donc pas manipuler les comprimés de leurs mari ou fils !

Troubles sexuels

Des dysfonctionnements sexuels sont signalés par les patients traités par finastéride, quel que soit le dosage : dysfonction érectile, trouble de l’éjaculation, diminution de la libido… L’ANSM explique que ces troubles peuvent persister à l’arrêt du traitement. Son équivalent suédois avait déjà alerté sur des « dysfonctions sexuelles irréversibles ».

Gynécomastie

Face aux risques psychiatriques et sexuels, l’ANSM planche actuellement sur une fiche d’information à remettre au patient, en collaboration avec les représentants de patients. Augmentation des gamma- GT, gynécomastie ou douleur testiculaire peuvent également être rapportées sous finastéride. Par ailleurs, ce dernier diminue le taux de PSA et peut fausser l’interprétation des résultats d’une prise de sang.

Pharmacocinétique

La biodisponibilité du finastéride oral est d’environ 65 %. Après métabolisation hépatique par le cytochrome CYP3A4, il est excrété dans les selles et les urines, avec une demi-vie d’élimination de 5 à 6 heures chez le jeune, et de 8 heures chez les hommes de plus de 70 ans.

La lecture de cet article est réservée aux professionnels connectés.

Découvrez nos offres d'abonnement

Abonnez-vous à la revue et accédez à tous les contenus du site !

  • Tous les contenus de la revue en illimité
  • Les numéros papier sur l'année
  • Les newsletters mensuelles
  • Les archives numériques en ligne

ou

ou

Inscrivez-vous gratuitement sur Revue Pharma.fr et bénéficiez de l'accès à de nombreuses catégories du site !

  • Accès aux articles des catégories : Etudiants, Le jour où, Cabinet de curiosité, Conseil associé, Doc+, Mémo conseil, Molécule, Revue de presse, Pharmacovigilance
  • Les newsletters mensuelles