Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Les anticorps, clé de l’organisation du microbiote ?

  • Publié dans Science Translational Medicine le 2 mai 2018

  • DOI : 10.1126/scitranslmed.aan1217

Les IgA ne seraient pas uniquement impliquées dans le contrôle des agents pathogènes.

Anticorps prédominant dans les muqueuses, les immunoglobulines A (IgA) jouent un rôle clé dans la protection de la barrière intestinale. Pour autant, leur absence dans certaines pathologies n’entraîne pas d’infections mortelles, mais plutôt des manifestations respiratoires ou atopiques, bien moins sévères. Ainsi, afin de mieux comprendre ce paradoxe, une équipe de recherche Inserm/AP-HP s’est penchée sur le mystère qui entoure les IgA et leur relation avec le microbiote intestinal.

Pour leurs travaux, les chercheurs ont caractérisé, par analyse métagénomique, la composition du microbiote fécal d’individus sains, qu’ils ont comparé à celui de patients dépourvus d’IgA.

De manière surprenante, il s’avère que cette carence n’entraîne pas de perturbation massive de la composition du microbiote intestinal. Ce dernier est en effet autant diversifié dans les deux populations, du fait de l’intervention d’une autre classe d’anticorps, les immunoglobines M (IgM), qui compense l’absence des IgA en se fixant sur leurs cibles habituelles. Mais cette compensation est en réalité imparfaite et induit une désorganisation du microbiote, elle-même à l’origine des symptômes. En effet, les chercheurs ont observé une plus grande proportion de bactéries potentiellement pathogènes ainsi qu’une déplétion de certaines souches commensales chez les patients déficitaires.

De quoi prouver que, outre leur rôle anti-infectieux, les IgA interviennent également dans la formation du microbiote et ouvrent la voie à de nouvelles perspectives thérapeutiques dans la supplémentation orale des patients déficitaires. Par ailleurs, l’influence d’un dérèglement de l’écosystème bactérien est évoquée dans plusieurs affections, notamment pour certains cancers, et l’étude des signatures sérologiques individuelles anti-microbiote pourrait être un nouveau biomarqueur pertinent dans l’analyse de ces associations.

ACHAT EN LIGNE

Achetez cet article

Ajoutez cet article à votre panier, procédez au paiement et retrouvez-le dans votre espace.
"Les anticorps, clé de l’organisation du microbiote ?"

Non disponible à la vente.

Découvrez tous les numéros de la revue en cliquant ici

Abonnement en ligne

Abonnez-vous à la revue et accédez en illimité au site : archives des revues, articles en ligne, vidéos et podcasts, informations pratiques, petites annonces, newsletters thématiques ...

Découvrez l'offre d'abonnement que nous vous avons réservé en cliquant ici

Julien Dabjat

À lire sur le même sujet