Philippe Pasdeloup Président d’ Alphega Pharmacie France

Philippe Pasdeloup, 37 ans, a été nommé Président du réseau Alphega Pharmacie France en 2014. Rencontre avec ce pharmacien aux multiples casquettes.

Télécharger le PDF de l'article

rencontre avecPharmacien par vocation, Philippe Pasdeloup est diplômé de la faculté de Tours en 2005. C’est ensuite à la faculté de Limoges qu’il suivra un master de répartition pharmaceutique. « J’avais la volonté d’explorer autre chose que l’officine, mais pas l’industrie. Ma mère est pharmacien, mon père a plutôt un profil “école de commerce”. Je pense que cette double influence m’a conduit à faire le choix de la pharmacie avec une fibre entrepreneuriale » confie-t-il. Il s’installe en 2006, immédiatement après ses études donc, avec un projet clair et motivé. Il sourit « Depuis 2006, je n’ai plus bougé de mon officine ». Située à Bourges, dans un quartier résidentiel du sud de la ville, l’officine de Monsieur Pasdeloup jouit d’une vraie vie de quartier. Pourtant, elle aussi subit un environnement médical de proximité pauvre, voire catastrophique. « Nous sommes situés dans l’un des trois derniers départements de France en termes de densité médicale par habitant. C’est une vraie problématique dans la ville de Bourges qui compte plus de 70 000 habitants. Pour vous dire, il n’y a pas un généraliste dans mon quartier. » Peu d’ordonnances donc, et surtout, peu de solutions pour les patients. Dans ce contexte, Philippe Pasdeloup se dit pessimiste, mais déterminé à trouver des solutions pour sa patientèle. Dans ce sens, il soutient plusieurs projets, notamment la création de locaux aux normes dans un but de pôle médical. L’idée, attirer d’autres professionnels de santé, et en priorité des médecins, pour redynamiser le parcours de soins. « Pour le recrutement, nous fonctionnons principalement sur le bouche-àoreille. Nous avons des demandes sur le paramédical, et notamment des infirmiers et des orthophonistes qui ont envie de travailler à plusieurs. Mais il nous faut des médecins ! » poursuit Philippe Pasdeloup. Précisant qu’il n’a pas vocation à remplacer les médecins, il explique toutefois s’intéresser aux nouvelles missions, dont la vaccination, et espère s’y impliquer. « Ensemble, nous travaillerons bien ».

Le réseau Alphega 

C’est au cours de ses études que Philippe Pasdeloup s’intéresse au réseau Alphega Pharmacie et que sa mère devient adhérente. L’idée était d’avoir un accompagnement durable dans le temps. « À l’époque, Alphega proposait à tous ses adhérents un conseiller point de vente qui venait aider le titulaire sur plusieurs facettes, allant du merchandising au positionnement de l’officine » explique-til. « Accompagner le pharmacien au-delà de son rôle d’expert en médicament me semblait nécessaire. Nous ne sommes pas des professionnels du marketing, des webmasters et même des managers… Il y a plein de domaines où, individuellement, le pharmacien doit être bon. Mais avec le temps, l’augmentation et la diversification des services, il est impossible de tout faire tout seul. Avoir une expertise d’accompagnement me paraissait intéressant et nécessaire. Mieux, cela permet de faire vivre ces acquis auprès de toute l’équipe. La difficulté n’est pas de faire un rayon une fois, mais de le faire vivre ! » Une fois installé, il rejoint immédiatement le réseau, convaincu qu’il ne « peut pas être expert en tout ». Il poursuit : « Depuis, l’accompagnement au niveau de la qualité, des achats, du merchandising s’est encore étoffé. C’est ce qu’il me fallait pour mener à bien mon projet. Il est normal que dans nos études nous travaillions un socle scientifique fort, centré sur le médicament. Cependant, pour ce qui est la vie d’une entreprise, de tous les aspects que cela comporte et de l’évolution du métier, c’est un véritable défi ! ».

Pharmacien relais, puis président 

Le réseau organise localement des pôles, dès lors que 10 ou 15 pharmacies adhérentes sont présentes sur un rayon d’environ 20 km. Parmi ces titulaires, un « pharmacien relais » porte la casquette du « chef de pôle ». L’objectif, en association avec le conseiller point de vente, est d’organiser la vie locale du réseau, par des réunions, des moments de discussion privilégiés et réguliers. L’ensemble des pharmaciens relais, soit une trentaine de pôles, se réunit une fois par an à l’occasion de séminaires présentiels, pour échanger avec Alphega et entre eux. Des réunions téléphoniques quasi mensuelles sont également mises en place. D’autre part, le réseau organise des commissions (achats, éthique, qualité, digital, point de vente/enseigne…) qui favorisent la naissance de nouveaux projets. Ces commissions sont animées par des pharmaciens relais ou des membres du réseau ayant une affinité ou une expérience forte dans la discipline choisie, et qui participent donc activement à la vie de cette commission et donc du réseau. Monsieur Pasdeloup « L’idée est de créer ensemble et de ne pas avoir quelque chose de descendant. Je suis personnellement impliqué au sein de la commission achat/référencement et au sein de la commission stratégique ». Et depuis 2014, Philippe Pasdeloup préside Alphega Pharmacie France, poste auquel il a succédé à Hervé Thoraval. « J’essaie de fonctionner au mieux, n’étant pas parisien, souvent par téléphone et échange de mails. En tant que président, je suis également membre d’un forum européen de pharmaciens ce qui me demande du temps. » Un temps qu’il partage donc entre la présidence et son activité officinale.

La carte de la proximité 

« Sur l’image de l’enseigne, nous avons eu un raisonnement européen. Pour exemple, notre slogan « Close to you », et en français « Proche de vous, toujours » a été réfléchit au niveau européen, et traduit dans les différents pays » explique Philippe Pasdeloup. Des patients ont été interrogés dans plusieurs pays. Le réseau a pour ce faire réalisé une étude qui a démontré que les attentes des patients de la pharmacie sont assez similaires, peu importe leur pays d’origine. « Cette approche européenne nous donne une vision beaucoup plus large de notre métier. On s’aperçoit que les problématiques de base rencontrées par notre profession, qu’elles soient économiques ou politiques, sont les mêmes. Et de l’autre côté, les besoins des patients et des systèmes de soins sont très proches d’un pays à l’autre. Nouvelles missions, nouvelles sollicitations… Les choses bougent ! ». C’est de cette manière qu’Alphega Pharmacie souhaite devenir le réseau de proximité. « Tout le monde revendique la santé. Nous voulons aussi revendiquer une proximité humaine relationnelle, en plus de notre expertise en santé. Cela ne nous empêche pas d’avoir une politique de prix… ». Observateurs des pays limitrophes, comme la Suisse, et de modèles plus lointains, comme le Canada, le réseau motive ses adhérents dans ces nouvelles missions d’accompagnement patient et de dépistage. Le pharmacien conclut : « Nous avons un rôle à jouer, c’est certain. »


La pharmacie du Val d’Auron

  • Située à Bourges (18)
  • 2 adjointes
  • 5 préparateurs
  • 2 apprentis

Tina Géréral

À lire sur le même sujet