Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Des pharmaciens mobilisés !

Après la journée de grève du 30 septembre, la profession est dans l’expectative. La mobilisation est-elle retombée ? Quelle suite donner au mouvement ? État des lieux.

 

  • Quel est votre état d’esprit à l’heure actuelle ?

Ph116-Obs-Phien1

 

Une grève nationale très suivie
Alors qu’ils n’étaient que 25 % à participer à la soirée verte lancée par le collectif Ma pharmacie ne fermera pas (croix vertes allumées toute la nuit, fontaines et cours d’eau colorés en vert avec de la fluorescéine) le 1er septembre, quelques jours plus tard, c’est en nombre que les pharmaciens ont répondu présent pour la journée de grève des professions libérales du 30 septembre. Une mobilisation sans précédent qui a eu pour effet de faire reculer le gouvernement sur l’ouverture du monopole. Une première victoire.

  • Avez-vous participé à la journée de mobilisation du 30 septembre ?

Ph116-Obs-Phien2

  • Et à la soirée verte du 1er septembre ?

Ph116-Obs-Phien3

 

  • Quel serait le meilleur moyen d’action pour être audible auprès des politiques ?

Ph116-Obs-Phien4

Tous les moyens sont bons pour se faire entendre
Pas de réelle préférence pour les moyens d’action mais un seul objectif : se faire entendre. À l’instar de la grève du 30 septembre, 24 % des sondés se déclarent favorables à une fermeture temporaire de leur officine. La grève des gardes et le blocage de la chaîne d’approvisionnement du médicament recueillent chacun 10 % des suffrages. Tout comme une opération commando contre un centre Leclerc. Enfin, 7 % sont prêts à planifier une prise d’otage d’Emmanuel Macron !

  • Selon vous, la fin du monopole est-elle inéluctable ?

Ph116-Obs-Phien5

Pas pour tout de suite…
Seuls 24 % des pharmaciens interrogés estiment sa fin inéluctable. Les récentes déclarations d’Emmanuel Macron en faveur du maintien des médicaments dans le circuit officinal sont sans doute à l’origine de ce brusque regain d’optimisme.

  • Adhérez-vous à un syndicat ?

Ph116-Obs-Phien6

Mobilisés mais faiblement syndiqués
Alors qu’ils ont répondu massivement à l’appel des syndicats (FSPF, UNPF et USPO) pour manifester contre la réforme des professions réglementées, les pharmaciens montrent un intérêt relatif pour ces structures. Seuls 36 % de nos sondés adhérent à un syndicat.

 

Témoignages :

« Vive la réglementation, non à l’ultralibéralisme ! Il est de notre devoir d’alerter nos patients sur les dérives mercantiles. On ne lâche rien, la santé n’est pas un commerce. »

« Expliquons une fois pour toute le principe du tiers payant. Bien des clients nous regardent abasourdis quand on leur apprend que l’avance est faite avec la trésorerie de la pharmacie et que cela implique des agios. »

« La vente des médicaments non remboursés doit absolument demeurer dans le domaine de compétence du ministère de la Santé et pas de Bercy ! »

« En ces heures sombres, les pharmaciens doivent être irréprochables. Un conseil pour chaque boîte délivrée, dans toutes les officines de France. C’est le seul moyen de repartir dans le bon sens. »

« Est-il possible de procéder à une vérification des diplômes des ‘‘pharmaciens’’ Leclerc ? Merci par avance. »

« Pourquoi certaines professions ont été réglementées ? De la réponse découlera notre argumentaire. »

« Profession réglementée est synonyme de responsabilité, d’éthique, de service public. Des valeurs à mon sens absentes des grands groupes commerciaux. »

La Revue Pharma en partenariat avec Pharmagest

Méthodologie : 220 titulaires, 87 adjoints, 87 préparateurs et 18 étudiants interrogés entre le 29 septembre et le 10 octobre 2014.
Partager :

À lire sur le même sujet