PrEP VIH : Mylan teste son générique

C’est un essai historique de prophylaxie contre le VIH qui débutera très prochainement en Angleterre. Environ 10 000 personnes auront pour la première fois accès à l’association emtricitabine+ténofovir du laboratoire Mylan – générique du Truvada (Gilead)- , en traitement préventif contre le VIH, dans un essai financé par le gouvernement.

Cet essai, qui commencera en septembre 2017 au sein de plusieurs cliniques situées à Londres, Brighton, Manchester, Liverpool et Sheffield, devrait couter près de 11 millions d’euros, pour une mise en œuvre complète attendue au plus tard en avril 2018. Les personnes vivant et inscrites auprès d’un médecin généraliste en Angleterre pourront demander à participer à l’essai auprès de leur clinique locale. Ces cliniques identifieront les participants éligibles et consentantes à l’essai : hommes et femmes ayant des relations à risque, personnes transgenres et personnes ayant un partenaire dont le statut VIH n’est pas connu.

Le TasP

Le lancement de cet essai est le résultat d’une longue campagne menée par les militants associatifs suite au refus du systèmes de santé anglais, le NHS, d’engager programme national de PrEP, et ce,  malgré les conclusions favorables de plusieurs essais cliniques européens. Deborah Gold, directrice générale de la National AIDS Trust, une association qui a fait campagne pour obtenir la PrEP , a déclaré : « C’est un moment crucial dans la lutte contre le VIH. La PrEP, si elle est bien ciblée, offre la possibilité de lutter contre l’épidémie de VIH en Angleterre« . Ian Green, directeur général du Terrence Higgins Trust,une autre association, a quant à lui affirmé que : « La priorité doit maintenant être de veiller à ce que l’essai concerne tous les individus à risque de contracter le VIH et qu’il soit déployé rapidement dans tout le pays« . Pour Ian Green, le délai de lancement au printemps 2018 intervient déjà trop tard. Il ajoute « Il est crucial qu’à la fin de ces trois années d’essai, un processus clair pour la mise en pratique de la PrEP soit mis en place par le NHS « .

En plus de la PrEP, le NHS investit déjà dans une politique de prévention nommée TasP qui consiste en une initiation de traitement très précoce chez les personnes diagnostiquées afin de protéger les partenaires séronégatifs. Ce programme, associé à d’autres mesures de prévention, a entraîné une baisse de plus de 20% des nouveaux diagnostics de VIH à Londres.

À lire sur le même sujet